Vaincre à Rome

Vaincre à Rome


Vaincre à Rome – Étape de travail – Décembre 2018 (Photo © Sébastien AMIET)

Une fiction autour du mythe de Abebe Bikila, marathonien éthiopien, premier champion africain noir des jeux olympiques, vainqueur du marathon de 1960 à Rome en courant pieds nus, 20 ans après l’occupation italienne de l’Éthiopie sous Mussolini.

Un projet né de la rencontre de Sylvain Coher et de Thierry Falvisaner, dans le cadre d’une résidence d’écriture de l’auteur en 2018 au Théâtre Charbon, accueil soutenu par CICLIC et le CNL.
Projet pluriel : écriture dramatique, interprétation et musique originale, danse & vidéo.

Projet présenté à deux reprises au public : au cours d’une lecture mise en musique à la médiathèque Maurice Genevoix à Orléans La Source, en présence de l’auteur Sylvain Coher. La création a également été proposée à l’occasion du festival Enracinement / Déracinement – Déplacement en 2018 lors d’une performance théâtre-danse-musique.

Auteur : Sylvain Coher
Mise en scène : Thierry Falvisaner
Sur scène : Adrien Chennebault/ Timothé Mohamed Ballo/ Hassan Kerim/ Thierry Falvisaner

RENCONTRE AVEC L’AUTEUR / REPRÉSENTATION / CONCERT
Le 24 septembre 2019 à Orléans La Source (45), à 20h, au Théâtre Gérard Philipe
LECTURE
Le 26 septembre 2019 à Orléans La Source (45), à 18h, à la Médiathèque Maurice Genevoix d’Orléans-La Source

En savoir plus

Nous contacter

À propos de Vaincre à Rome…

« Nous sommes à Rome le 10 septembre 1960. C’est l’avant-dernier jour des Jeux Olympiques et le dernier jour du calendrier Ethiopien. Le marathon est l’ultime épreuve de ces jeux et le départ vient d’être donné. Sous nos yeux, le dossard numéro onze est celui d’un jeune caporal éthiopien de la garde royale du négus. Il se nomme Abebe Bikila, il a vingt-huit ans et il est venu à Rome pour reprendre un combat déjà gagné vingt ans plus tôt. Tandis qu’il court pour faire gagner son pays, ses pensées vont et viennent au rythme des foulées.

Parmi les spectateurs, il y a le major suédois Onni Niskanen. Niskanen est l’entraineur des premiers athlètes éthiopiens. C’est le coach de Bikila. Ensemble ils ont préparé le parcours durant plusieurs mois et Bikila le considère comme un père.
À quatre mille kilomètres d’eux, dans sa maison silencieuse d’Addis-Abeba, Yewebdar Bikila attend des nouvelles de son époux. Elle s’interroge sur ses sentiments pour cet homme qu’elle connaît à peine. Si le mariage était arrangé pour dissuader le jeune homme de participer à cette course, ses sentiments sont sincères et les jeunes mariés sont les premiers surpris par leur amour naissant. Yewebdar se demande également comment Abebe sera à son retour d’Italie, selon qu’il gagne ou selon qu’il perde. Elle craint de ne plus le reconnaître.

Partout dans le monde résonnent les voix des speakers, les correspondants de presse qui suivent pour la première fois de l’Histoire des Jeux Olympiques en direct depuis les tribunes installées près du Colisée.
C’est un dialogue impossible qui se noue sur la scène, dans le temps suspendu de la course. Un dialogue de sourds comme une étrange conversation entre un coureur dans l’effort de la course, un entraineur réduit à la fonction de spectateur, une femme inquiète et la rumeur du monde occidental des années soixante. »

En images



Teaser (voir sur YouTube)

À l’affiche


Accès Professionnels / Diffusion


Vous souhaitez en savoir plus sur le spectacle ?
Espace pros
Demandez votre mot de passe pour accéder à l’Espace pros

Théâtre Charbon, compagnie en résidence de territoire au Théâtre Gérard Philipe d’Orléans – La Source.